Couronne pour Queen

Brian May guitariste de Queen

Smile. C´était le nom que le groupe Queen pensait utiliser au tout début. Je pense que Smile faisait moins « réel » et plus marrant, mais, comment remettre en question l´usage magistral de ce mot ?

Brian May à la guitare, John Deacon bassiste, Roger Taylor aux percussions et Farrokh Bulsara, oui Farrokh Bulsara !!!!!! Chanteur. Quand j´ai su que s´était le vrai nom de Freddie Mercury j´ai trouvé curieux qu´il était déjà marqué depuis sa naissance par le monde de la musique : FA-ROCK. Il changea son nom en l´honneur du Dieux mythologique, Mercure.

Quatre musiciens de talent, dotés d´une éducation musicale haut de gamme, changeraient pour toujours l´histoire, non seulement du rock mais aussi de la musique en général, et bien entendu la manière que j´ai de comprendre, d´écouter et d´apprécier les sons produits par des instruments.

Nous connaissons tous au moins une chanson de ce groupe fantastique, qu´on l´aime ou pas.

Il y a beaucoup à dire au sujet de Queen, de ces 15 albums studios, de ces performances scéniques ainsi que du succès du groupe. D´ailleurs, ça vaudrait la peine que dans un prochain article j´écrive au sujet du grand Freddie Mercury. Mais, aujourd´hui, j´aimerai écrire à propos de quelque chose de particulier, de peu diffusé et qui caractérise le génie et la passion qui encourage la poursuite des rêves.

Depuis tout petit, Brian May jouait du ukulélé et à 7 ans on lui offrit sa première guitare. A ce moment-là, est née sa fascination pour l´instrument. À 16 ans il ne pouvait toujours pas s´acheter une Fender Stratocaster ou une Gibson Les Paul. Rappelons-nous qu´à cette époque il n´y avait pas le choix que l´on a aujourd´hui, ni les options bon marché qui auraient pu faire concurrence avec ces marques au niveau de la qualité des sons afin d´émuler d´autres groupes. Par conséquent, il décida de construire sa propre guitare avec son père. Tâche qui leurs pris près de 1 an et demi. Ce dernier était ingénieur en électronique. Avec des débris tels que des éléments d´une ancienne cheminée, une table en morceaux, un ressort de motocyclette, des aiguilles et quelques boutons en nacre qu´il emprunta de la boite à couture de sa mère (celle-ci ne s´en sera rendu compte que lorsque qu´elle en aura eu besoin) et d´autres objets, il assembla son incroyable « The Red Special », aussi nommée « The Fireplace » ou « The Old Lady ». Était né l´instrument qui le suivrait le restant de ses jours. Il faut souligner que depuis le début et jusqu´à aujourd´hui, pour chaque disque et à chaque représentation de Queen, Brian a joué de sa guitare avec une monnaie de 6 pennies, créant ainsi la meilleure manière de doigté et d´en sortir ce son qui la caractérise, si pur et si limpide.

Pour clore cet épisode, plein d´authentique Royauté, il faut que je vous dise que je m´identifie énormément avec Brian May. Hormis ses études musicales et d´être considéré comme l´un des plus grands guitaristes rock de tous les temps, il a un fort penchant pour l´astrophysique. Il considéra la matière très sérieusement et remporta l´obtention de son Doctorat en Astronomie et Physique à l´Imperial College de Londres. D´ailleurs, les connaissances qu´il a acquis sont transposées dans plusieurs de ses compositions. L´astronomie me passionne également.

Je vous laisse avec ce lien. Vous y trouverez Brian avec sa « The Red Special ». Il est en anglais, mais pour ceux qui ne comprennent pas la langue, vous trouverez réconfort dans le visionnement de cet extraordinaire instrument.Je prends congé, espérant qu´après ces quelques lignes vous en savez plus concernant le fameux logo de Queen, créé par Freddie mais inspiré par Brian.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *