Pink Floyd, Stephen Hawking et moi

Pink Floyd, Stephen Hawking et moi

Je crois que je dois tout d´abord expliquer le titre de ce texte, sinon je cours le risque de paraître quelque peu présomptueux.

Tout d’abord : Pink FLoyd c’est le premier élément dont je parle dans le titre.

Nous connaissons tous plus ou moins le groupe britannique de rock progressif Pink Floyd. Son nom fut suggéré par Syd Barrett, membre éphémère du groupe. Il résulte de l´association des noms de deux chanteurs de blues, Pink Anderson et Floyd Council. Il y a beaucoup plus à dire au sujet du nom et du groupe en soi, mais ce n´est pas le but de cet article de rentrer dans les détails de la carrière fantastique de ce groupe légendaire que j´aime tant.

Ensuite :   Stephen Hawing  c’est la seconde référence de mon titre.

Je mentionne Stephen Hawking, physicien théorique de grande renommée, doté d´un esprit privilégié et, littéralement, “hors de ce monde”.
Car je Je partage avec lui le plaisir de la vulgarisation scientifique, la cosmologie et l´astrophysique. Il est évident que mes connaissances sur ces sujets se mesurent sur une échelle microscopique et ridicule si on les compare aux siennes. Cependant cela ne m´empêche pas d´être un passionné de ces thèmes.
Comme nous le savons tous, Hawking souffre d´une forme rare de sclérose qui l´a presque complètement paralysé. C´est tout de même paradoxal: vivre cette situation physique personnelle si chaotique, et avoir un esprit qui émet des théories concernant les plus grandes énigmes de l´univers.

Et de deux; voici la seconde référence de mon titre.

Mais voilà! Qu´est-ce que Stephen Hawking et Pink Floyd ont en commun?
Ils sont fans l´un de l´autre! Et moi des deux.

Il faut souligner que les membres de Pink Floyd lui ont dédié une chanson appelée “Keep talking” (continue de parler), parue en 1994 dans leur délicieux album “The division Bell”.
On y entend, au tout début, la “vraie” voix robotisée de Hawking qui ensuite, a été manipulée puis transformée afin qu´elle semble venue d´une autre planète.
Le résultat a eu tant de succès que le single a atteint le numéro 1 de la liste de la prestigieuse revue musicale “Bilboard”.
Mais cette collaboration n´en est pas restée là. L´astrophysicien a prêté à nouveau sa voix pour enrichir les sons de Pink Floyd et nous pouvons également l´entendre dans la chanson “Talking Hawking” parue en 2013 dans l´album “Endless river”.

Grâce à cette union, je peux affirmer plus que jamais, que j´aime entendre parler Stephen Hawking.

Une pensée sur “Pink Floyd, Stephen Hawking et moi”

  1. Comme vous j’aime beaucoup Pink Floyd. Merci pour les précisions apportée sur leur nom et leur collaboration avec un homme d’exception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *