Attitude

Attitude.

Aujourd´hui j´aimerais approfondir sur le thème de l´attitude et sur l´impact qu´elle a sur notre vie de chaque jour. Je l´ai déjà mentionnée dans mon article au sujet les télomères.

Nos pensées et nos émotions sont des sujets d´études très sérieuses ainsi que la manière dont elles affectent chimiquement notre corps. Une attitude positive a des répercussions favorables sur notre organisme et sur notre environnement, tandis qu´une attitude négative a des effets défavorables.

La neuroscientifique Candace Pert a été l´une des pionnières au niveau scientifique à démontrer la relation entre les émotions et leurs incidences chimiques dans le corps. Elle a prouvé le lien entre nos pensées, positives ou négatives, et notre santé. Pour ceux d´entre vous intéressés à en savoir plus, je vous recommande de lire son livre « Molecules of emotions ».

Des études récentes sur le cerveau, et en particulier sur les ondes cérébrales, montrent que lorsque le cerveau entre dans une gamme de fréquence déterminée, il émet des neurotransmetteurs.

Comme nous le savons, le cerveau oscille dans une bande de fréquences qui va des ondes Bêta jusqu´aux ondes Epsilon.

Ces études révèlent par exemple que lorsque le cerveau émet des ondes de 10Hz, il libère de la sérotonine. Cette dernière est un neurotransmetteur qui réduit la douleur et augmente le plaisir. Elle est également connue comme la molécule chimique du « bien-être ». Ces ondes sont appelées Alfa (entre 8 et 13.9 Hz). C´est un état de relaxation, d´anti-stress, qui aide le processus de créativité et qui est bénéfique pour la santé. C´est aussi un état de méditation. Au japon, par exemple, les hommes d´affaires ont un taux de stress tellement élevé que les risques cardiovasculaires et les décès sont très nombreux. Afin de lutter contre ces problèmes, on leur enseigne à méditer.

Personnellement, étant hyperactif je ne médite pas. Mais, je compense en cuisinant. Et il existe d´autres méthodes, comme par exemple la psycho acoustique. Celle-ci consiste à écouter certains sons et de la musique afin d´ajuster les schémas du cerveau. Pour ce faire, on utilise des écouteurs. Certains enregistrements émettent par exemple, des sons de 200Hz dans une oreille et 210Hz dans l´autre. La différence de 10Hz s´appelle Binaural Beat (Rythme Binaural). Cette différence de 10 Hz provoque les ondes cérébrales mentionnées plus haut qui libèrent la sérotonine, obtenant ainsi l´effet désiré.

Le rythme binaural s´utilise pour inciter d´autres états de conscience, comme Thêta, Delta, etc. Cette thérapie est utile pour améliorer le système immunitaire et le sommeil, réduire le stress, éviter le cancer et beaucoup d´autres choses.

Mais, il est inutile de se complique l´existence. Comme l´indiquent les recherches à ce sujet, il suffit d´avoir des pensées et une attitude positives, de gratitude et d´appréciation. Ces pensées produisent de la sérotonine.

Ce sujet ba été développé par le professeur Joseph Ledoux dans ses livres “The emotional Brain” et “The Synaptic Self” ; mais il prend le cerveau comme base d’observation.

Toutes les attitudes que nous répétons deviennent des modèles dans notre cerveau et elles se convertissent en réponses automatiques. À la longue, elles définissent qui nous sommes. Ainsi, si nous nous efforçons d´être positifs, nous renforçons le réseau neuronal (les connexions dans notre cerveau). Et l´attitude positive devient une réponse automatique dans notre cerveau et dans notre corps. Par conséquent, nous submergeons notre organisme dans des molécules chimiques bénéfiques. Cependant l´inverse est aussi vrai. Et malheureusement, la négativité s´est emparée de nos vies et s´est convertie en un modèle de réponses automatiques.

Se plaindre constamment est devenu monnaie courante. Des études réalisées à l´Université de Stanford montrent que la plupart des gens se plaignent une fois par minute dans une conversation. On a également mesuré qu´avec seulement une demi-heure de plaintes par jour, notre cerveau est physiquement endommagé et notre santé détériorée. Tout particulièrement l´Hippocampe. Celui-ci est un organe du cerveau qui joue un rôle capital dans la pensée intelligente, la résolution de problèmes et le stockage de la mémoire à long terme. La maladie d´Alzheimer attaque et détruit justement cet organe.

Quand nous passons notre temps à râler et à culpabiliser les autres, nous créons un réseau neuronal négatif et quoi qu´il arrive autour de nous, notre réaction est de nous plaindre de tout et de rien.

Tout comme la gratitude et l´appréciation produisent de la sérotonine, les plaintes et les pensées négatives génèrent un autre neurotransmetteur appelé Cortisol; c´est l´hormone du stress. Normalement, cette hormone est libérée lorsque nous nous trouvons dans une situation de vie ou de mort. Toute notre énergie se redirige alors vers nos extrémités afin de pouvoir, soit nous défendre, soit fuir comme des lièvres. Sous l´effet de cette hormone, les cellules arrêtent de s´alimenter, de se reproduire, le système immunitaire baisse ses défenses, le sang et l´énergie vont aux extrémités au lieu des organes vitaux et au cerveau. Les conséquences sont, l´accumulation de graisse et donc du cholestérol, obésité, chute des défenses internes du corps (système immunitaire), peu de clarté mentale, augmentation de la tension artérielle, hausse du sucre (diabète), problèmes de cœur et risque d´infarctus. Dégradation des tissus, des cellules, et vieillissement…

Rappelez-vous que nous ne parlons que de 30 minutes de plaintes par jour ! Rajoutons le pessimisme, la colère, l’envie, l´arrogance, et surtout le fait que cet état  d’être ne dure pas qu´une demi-heure mais que c´est un état quasi permanent. Sans parler de l´impact de ce genre d´attitude autour de nous.

Râler et être négatif  revient cher. Et malgré cela ce sont des attitudes qui sont devenues nos modèles. Sommes-nous vraiment disposés à nous rendre malades et à mourir pour une connexion neuronale erronée?

Je crois qu´il est grand temps de modifier notre attitude, de profiter plus de la vie, d´apprécier ce que nous avons et de chercher à nous sentir bien plutôt que d´essayer de justifier pourquoi nous devons nous plaindre.