Bitcoin

 

Bitcoin

L´économie bouge, change, évolue, se transforme et se globalise.

Serait-il possible que le bitcoin vienne à renforcer de manière définitive l´affirmation antérieure?

En tant que banquier, j´ai des sentiments partagés. L´ancienne école me murmure à l´oreille gauche que le système financier traditionnel n´est plus capable d´être sain et a besoin de modifications et de nouveaux horizons. Il a besoin d´être protégé par des garanties financières physiques et réelles, comme il se doit, retournant ainsi à la source, mais de manière reconstructive. À l´oreille droite le chuchotement provient des nouvelles approches digitales et elles m´ont séduit à tel point que je me suis informé au maximum afin d´être prudent. Il est judicieux d´affirmer que tandis que j´écris ces mots, le bitcoin est la monnaie digitale la plus utilisée au monde.

De toute évidence, c´est un fait qu´elle fonctionne et elle est bien présente dans différents milieux commerciaux impliqués dans les transactions digitales. Il faut bien comprendre que le bitcoin est lié aux activités réalisées au moyen de l´internet. Afin de nous familiariser un peu plus avec cette monnaie, il est nécessaire d´établir qu´elle est également connue sous le nom de crypto-monnaie. Le bitcoin prétend être un type de monnaie de change tout comme le dollar ou l´euro et il est utilisé dans l´obtention de biens et de services. Jusque-là, pas de complications, c´est aussi simple que ça.

Ça se complique au niveau de son fonctionnement. Et comme tout en ce monde, il a des avantages et des inconvénients. J´essaierai donc d´être le plus pratique possible afin de me faire comprendre.

Le concept de ce genre d´échanges digitaux cryptés ou codés remontent aux années 1970. Il était déjà prévu et projeté que le réseau internet allait être décisif dans un nouveau développement des communications ; surtout dans l´utilisation spécifique des opérations gouvernementales. Cependant, les conditions ont changé puisque le monde entier a basculé dans “Le Réseau” ; et nous connaissons tous la suite. D´un instant à l´autre, tous les êtres humains sommes devenus les citoyens d´un seul monde.

Mais revenons au sujet financier qui nous occupe. Le bitcoin apparait comme une option de transactions financières P2P (Peer to Peer. C´est-à dire de « Personne à Personne »). Cette option a été installée officiellement dans le réseau en 2009. Contrairement aux autres systèmes monétaires, il n´y a pas d´émetteur directe tel qu´un État, une banque ou une institution financière. Par conséquent, le bitcoin n´est ni géré par, ni dépendant du Fond Monétaire International (FMI). Ces facteurs le rendent plus efficace et moins cher du fait que beaucoup d´intermédiaires sont ainsi éliminés de l´équation, intermédiaires dont les devises conventionnelles actuelles ont besoin pour fonctionner. Les biens et les services sont ainsi moins chers puisque l´on parle d´opérations directes entre acheteur et vendeur.

Ce système possède plusieurs vertus. Par exemple, il protège l´anonymat des usagers puisqu´il s´agit de transactions entre deux personnes ; les mouvements faits avec bitcoin sont quasiment indécelables et ne laissent pas de traces.

Un autre avantage qui me plait beaucoup est celui des services « Escrow ». On peut utiliser ce genre de système lorsque l´on fait un achat en ligne avec cette crypto-monnaie. Ce service met le paiement « sous séquestre » jusqu´à ce que l´acheteur ait reçu la marchandise, ceci afin d´éviter les fraudes. Si la marchandise n´est pas à satisfaction du client, ce dernier la renvoie et il peut récupérer ses bitcoins, condition décidée au préalable de commun accord entre vendeur et acheteur. Ainsi les deux parties y gagnent et le cercle de la satisfaction commerciale se ferme.

Cependant, la vulnérabilité reste un problème majeur quant à s´afficher sur le Net.

Le bitcoin en soi est impossible de falsifier ou même de copier puisqu’il est encrypté avec des codes uniques. Néanmoins, certains personnages malveillants appelés « keyloggers » sont capables de retirer les bitcoins de différents comptes en interceptant les pulsations des numérisations sur les claviers des usagers. Cette manipulation met à disposition les codes pour les rediriger vers d´autres sites. J´ai déjà mentionné que cette monnaie est décentralisée et qu´en somme c´est une démarche qui se fait entre des personnes et que le bitcoin est développé par différentes entreprises ou de simples usagers qui dédient leurs ressources et investissent peu dans ce qu´on appelle « Exploration de données » ou « Data Mining » sujet sur lequel je reviendrai car très complexe, passionnant mais difficile à expliquer en termes simples.

Le bitcoin est controversé dû aux défis imposés par le monde numérique et qui doivent encore être relevés et résolus. Pour donner quelques exemples, le vol de mot de passe, les erreurs de software, l´insertion de codes malveillants dans les sites qui émettent ou reçoivent les bitcoins, les attaques par déni de services, l´éventualité de rester « hors ligne » et tant d´autres.

Ainsi, et après avoir cité le pour et le contre de cette crypto-monnaie, je contemple une phrase qu´un Galilée moderne pourrait utiliser : « E pur se muove ! », « Et pourtant elle bouge ! »