L´inattendu “Starfish Prime”

L´inattendu “Starfish Prime”

Avec tout ce qui se passe en ce moment au niveau mondial, ce dimanche, je ressens le besoin d´expliquer un peu ce qu´était le “Starfish Prime”. Je veux parler d´une mésaventure (qui n´a rien d´amusant), un essai expérimental nucléaire hors atmosphère, à haute altitude, peu connu et peu diffusé, mais jugé de grande importance par ceux qui désirent dépasser les limites des connaissances de la fission et de ses usages militaires.

La scène était prête : une île du Pacifique lointaine et isolée, “inhabitée”, du moins d´êtres humains. Les Etats Unis ayant des “droits” sur cette partie géographique sont en pleine lutte contre les Soviétiques. C´est l´ère de la course aux armements, au développement de meilleures armes, à l´exploration de nouvelles technologies et de ressources d´avant-garde. Et comme toujours, l´avidité humaine de faire connaître l´inconnu ressort, tout particulièrement dans le cadre de la dévastation, dans le but de soumettre ses semblables. Je trouve cela si pathétique comparé à la grandeur que nous avons en tant qu´espèce animale ! Nous sommes capables de tant de créations et d´expressions artistiques, d´inventions merveilleuses et de talents sans pareil. Et d´un autre côté, notre race se surpasse dans les degrés de vilenie en vue de détruire tout ce que nous créons de prodigieux !

Mais revenons au Starfish Prime. C´est le nom secret donné à une explosion nucléaire survenue à haute altitude.

Il faut préciser que, depuis 1958, quatre tests avaient déjà été faits à haute altitude avec des missiles à têtes nucléaires. Qu´espéraient-ils ? Ils ne le savaient pas. Ils n´étaient pas certains des résultats ni des effets de ces tests. Ils tâtonnaient : essais et erreurs. Et les conséquences seraient une réalité qui donnerait des réponses seulement après les détonations.

Il était 09:00:09, heure d´Honolulu, le 9 juillet 1962. Et c´est à ce moment, à 400 kilomètres d´altitude que la détonation du projet Starfish a eu lieu. Le missile de type Thor a été lancé au-dessus de l´Océan Pacifique depuis l´île Johnston située à 1445 kilomètres de l´île de Hawaï. Dans l´horizon nocturne, on pouvait voir une boule de lumière blanche qui devint rapidement verte, résultat de la radiation nucléaire se propageant. Bien que la détonation en soit ait duré près de 16 minutes (selon une simulation réalisée en 2006), pendant 90 minutes on pouvait observer de longs bras de lumière blanche étant projetés dans toutes les directions. Vers la fin, il n´y avait plus qu´une ligne rouge dans le firmament. Je n´n’arrive même pas à imaginer ce spectacle digne d´un passage de la Divine Comédie de Dante.

À cet instant, un effet inattendu se produisit, des pulsations électromagnétiques sans précédent apparurent. L´explosion commença à échapper à tout contrôle, dépassant les attentes de tous les impliquées. Ils ne purent même pas obtenir des lectures ni des mesures exactes étant donné que certains instruments commencèrent à devenir instables et d´autres cessèrent carrément de fonctionner. Le résultat fut si intense que l´explosion parut colossale depuis Hawaï. À cet instant, l´expérience cessa d´être secrète. Cet éclat mit en évidence que quelque chose d´extraordinaire venait d´arriver. Les dommages collatéraux ne tardèrent pas à se manifester sur Hawaï. Après quelques minutes seulement, les lignes téléphoniques se retrouvèrent foudroyées, grande partie du système de l´éclairage public fut affecté produisant un black-out, les systèmes d´alarme de la ville arrêtèrent de fonctionner. La Royal New Zealand Air Force qui se trouvait dans les parages à faire des manœuvres anti-sous-marines, dû être assistée depuis terre pour son retour à leur base. Un bateau soviétique qui était en proximité, enregistra l´incident pour informer ses supérieurs. Et bien sûr tout ceci n´est pas le pire. Il faut considérer les ravages de toute la radiation restée dans l´atmosphère. Dans le courant de plusieurs jours après le brillant flash, on pouvait encore voir d´étranges aurores lumineuses. Les particules mirent au moins 5 ans à se dissiper et la contamination nucléaire tombée dans l´océan infectant les eaux ne touche toujours pas à sa fin. Et bien qu´aucune mesure ni données n´ont pu être recueillies dans le but de déterminer les dommages approximatifs, on ne peut que spéculer qu´un ceinturon de particules s´est retrouvé attrapé dans l´atmosphère sans avoir la certitude qu´il aura totalement disparu.

Tout ceci s´est passé en 1962. Et je crois que même aujourd´hui, l´imagination du commun des mortels ne parviendrait pas à réaliser l´étendue réelle de cette expérimentation. Qu´auront-ils construit depuis, que nous ignorons ? Comment auront-ils appliqué ces connaissances ? J´espère que s´ils décident de l´utiliser dans une guerre, nous ne le saurons jamais.

En attendant, je désire seulement que lundi reviendra inlassablement après le week-end.